Le test ADN permet aujourd’hui de rapprocher les enfants adoptés de leurs parents ou de leurs familles biologiques. Mais cela n’est pas toujours évident, surtout si le père biologique est inconnu et qu’il n’y a aucun moyen d’obtenir son échantillon d’ADN. Dans ce cas, il est nécessaire de rechercher sa famille biologique, ce qui peut prendre beaucoup de temps, d’argent, de la patience et beaucoup de travail. Cet article a pour but de vous aider à retrouver votre père biologique même sans aucune donnée personnelle, grâce à un test de paternité réalisé en France.

Comment avoir des renseignements sur son père biologique

Retrouver son père biologique avec un test de paternité peut être plus compliqué si on n’a aucun renseignement sur lui. Certes, un simple nom peut faire avancer les recherches, mais avoir une telle information n’est pas toujours évidente si la mère refuse de coopérer. Voici quelques astuces qui peuvent vous permettre de découvrir le nom de votre père.

  • Un acte de naissance peut révéler le nom du père. Les notes dans la marge peuvent indiquer si un homme a reconnu plus tard l’enfant comme étant le sien (ce qui ne signifie pas qu’il était le père biologique, mais il l’a peut-être été).
  • Un acte de baptême  peut nommer le père. Ce document peut révéler des informations importantes sur le père car, les églises ont souvent adopté une position plus ferme à l’égard des enfants nés hors mariage que les autorités civiles.
  • Les dossiers médicaux de naissance peuvent contenir de nombreuses informations. Pour obtenir un tel dossier, il est nécessaire de faire une demande auprès de l’hôpital dans lequel vous êtes né. En effet, la mère a pu donner des informations sur le père avant la naissance du bébé.

Mais ces documents ne sont pas fiables car, même si l’un de ces registres indique le nom du père, cela ne prouve pas sa paternité. En effet, la mère a pu donner un faux nom ou indiquer le nom de la personne avec qui elle a été en relation au moment de l’accouchement. Comme toutes les preuves, sa fiabilité doit être analysée et comparée à d’autres enregistrements. Il s’agit donc d’un bon point de départ, car si le nom est faux, le lieu de naissance peut être un bon indicateur.

Rechercher un des membres de la famille du père

Si vous n’avez pas réussi à avoir le véritable nom de votre père, mais que vous avez quelques indices sur son identité. Vous pouvez tenter de chercher des personnes qui a des liens de parenté avec lui. De préférence, cherchez un oncle, un frère ou un parent de sexe masculin. En France, il est possible de faire un test de paternité en se basant sur le chromosome male.

Fonctionnement du test ADN de paternité en France

Si vous avez pu retrouver un des membres de la famille de votre père, vous pouvez effectuer un test de paternité en France à partir de leur ADN grâce à deux options :

  • Le test de l’ADN-Y

L’ADN Y s’hérite de père en fils et peut être utilisé si l’enfant et le descendant vivant du côté du père sont tous les deux des hommes. Les gènes masculins ne sont jamais modifiés peu importe la lignée. Aussi, tous les membres de la famille de sexe masculin doit avoir ce même gène. En d’autres termes, les frères de votre père, votre grand-père et vos cousins doivent avoir la même gêne masculine que vous. Donc, si les résultats correspondent, il est plus facile de retrouver le présumé père. Si l’enfant est de sexe masculin et que vous faites un test sur un descendant masculin, ses correspondances Y-ADN peuvent se référer à plusieurs personnes qui partagent le même nom de famille. Par contre, si les résultats ne correspondent pas, cela permet d’écarter certaines possibilités. Le test ADN-Y ne permet pas de déterminer lequel des deux frères ou cousins ​​paternels est votre père, mais il peut aider à réduire le nombre de personnes suspectées.

  • Le test autosomique

 Les autosomes sont les chromosomes non sexuels qui se recombinent à chaque génération et dont la moitié est transmise à un enfant. Après environ quatre générations, rien ne garantit que deux descendants se partagent toujours le même ADN. Ce type de test est donc particulièrement utile si aucune génération ne sépare le père de l’enfant. Pour utiliser les tests d’ADN autosomique afin de prouver l’identité du père, vous avez besoin d’un descendant vivant de l’enfant et d’un parent vivant du père potentiel, qui n’a pas de lien de parenté avec la mère. S’ils partagent l’ADN autosomique, c’est la preuve que c’est le bon père.

Pour éliminer toute correspondance du côté de la mère, il faut également tester la mère ou les proches de la mère qui n’ont aucun lien de parenté avec l’enfant. Toute personne qui a un lien avec la famille de la mère peut être éliminée de la liste. Pour les correspondances restantes, il faut rechercher des groupes de personnes qui ont une même correspondance sur les mêmes segments: ces informations peuvent provenir du père inconnu. Il faut ensuite comparer l’arbre généalogique pour vérifier si ces personnes partagent des ancêtres communs.

Par ailleurs, il faut toujours chercher les pedigrees des deux sujets de test et des les comparer afin d’être sûr qu’aucun autre ancêtre commun aurait pu contribuer à un ADN commun. Il faut toutefois savoir que 50% de l’ADN autosomique est perdu à chaque génération.

En cas d’absence du père ou d’un membre de sa famille, il est possible de vérifier une éventuelle correspondance auprès d’un laboratoire. Toutes les grandes entreprises de tests de paternité en France disposent en effet d’une liste de correspondances d’autres personnes ayant effectué des tests chez eux.

Quel type de test de paternité choisir ?

Le choix du test de paternité France doit principalement dépendre de vos moyens financiers et de la rapidité avec laquelle vous souhaitez retrouver votre famille biologique. Votre stratégie doit également prendre en compte les efforts que vous êtes prêt à fournir pour cette investigation personnelle ainsi que les informations que vous avez entre les mains. Quoiqu’il en soit, le test de paternité reste le moyen le plus efficace de retrouver son père.